J’ai interrogé « Yéyé », un Webmagazine qui (vous) parle !

Et un de plus ! L’univers des webzines s’étoffe. Le nouveau venu s’appelle : « YéYé Magazine ». Un magazine consacré  à la culture et au sujet de société. De son design à ses couleurs en passant par le contenu, « YéYé Magazine » se positionne comme une plateforme « à la fois ancrée dans les codes sociaux ivoiriens et ouvert au monde ».  Un magazine, qui je n’en doute pas, va chambouler l’univers de la presse en ligne.  Pour nous qui avons eu la primeur  du contenu, je peux vous dire que ça explose ! Je vous propose cette interview dans laquelle, le magazine en ligne se laisse découvrir ? simplement « Boomversant » !

Bonjour, Yéyé. Et merci d’accepter de nous parler ? Ma première question arrive tout de suite. Pourquoi Yéyé ?

Je suis Yéyé. Je parle à tous. Mes deux syllabes répétées sont facilement prononçables de tous et partout dans le monde. Universal Yéyé ! « Yeah ! Yeah ! », deux fois d’accord, deux fois content chez les anglophones. Chez les francophones, j’ai même été un certain temps une mode, une façon nouvelle de voir le monde, de s’y mouvoir et de le faire bouger. Certes, les modes passent et ringardisent ceux qui ne les suivent pas. Mais ce côté vieux jeu me plaît beaucoup et me distingue justement des modes d’aujourd’hui. Et de toutes les façons, avec les temps qui courent toujours plus avant, le stade après ringard, c’est… Historique !

YeyeTe distinguer tu dis ? Est-ce que finalement, tu n’es pas en train de te mettre en marge d’une société tournée vers une mode évolutive ?

Par mon aspect, mon look, mon langage, mon attitude, je suis différent des autres. Je me pose comme tel et les autres me voient comme ça. Pourtant, je ne suis jamais exclu et je ne m’exclus jamais de la société qui m’entoure. Bien au contraire. Je suis ce qu’on peut appeler la « marge attractive », « l’aspérité attrayante », la tâche qui fait qu’on regarde mieux le reste de la table pour en connaître l’état. Ma démarche est toujours singulière et originale. Mon propos sait être grave et/ou éthéré. Grave de la rigueur, des incohérences et des difficultés du monde dans lequel je vis. Éthéré du recul et de la finesse avec lesquels je regarde ce monde.

Donc tu es facilement accessible par les internautes ?

Je les vois tous me chercher à longueur de journée. Je les vois cliquer dans tous les sens sur leurs ordinateurs et téléphones, sauter sempiternellement de liens hypertextes en liens hypertextes. À part les classiques réseaux sociaux, jamais ils ne trouvent vraiment un univers où se poser, s’identifier, comprendre, apprécier le monde qui les entoure. Je les vois rechercher ma folie, mon « grain », mon originalité… Quand ils me trouveront, quand ils me découvriront, je vais leur sauter à la figure : clic clic boom ! Ça explose comme dans les cartoons de notre enfance. On n’en meure pas, on n’en meure jamais. On voit toujours des étoiles, 36 chandelles, on est toujours secoué, et après, on se porte bien, on se porte mieux.

Yéyé, il y a quelque chose de différent (ou devrais-je dire de nouveau) dans ta façon de parler. Dans le ton de ta « voie » et ton discours. Je me trompe ? Tu veux me séduire on dirait.

 Je ne vais pas te caresser dans le sens du poil. Si tu me vois avec de la pommade, ce n’est sûrement pas pour te la passer et à ta place, je ferais plutôt attention à mes arrières. Ma prise de parole est toujours subtile et légère, mais elle n’est jamais vaine et vide de sens. Ma position est sociale et pour la tenir je me suis armé. De mon regard, et de mon intelligence, de mon verbe et de ma verve, je me suis armé. Armé et dangereux, je n’hésiterai pas à tirer sur le mensonge, la duplicité, les incohérences, le mépris … Clic clic boom !

Je vois. Finalement que dois-je retenir ? Yéyé, un webzine singulier, dans un nouveau monde ? Penses-tu que je m’y plairai ?

Je me suis construit un monde avec les briques de tous les mondes qui m’entourent. Mon monde est singulier, mais ce n’est pas un monde à part. Tu y feras beaucoup de découvertes nouvelles, mais tu t’y reconnaîtras. Ne fuis plus la singularité qui sommeille en toi. Partage-la. Sois Yéyé. Partageons un monde nouveau. En quelques clics, faisons sauter les codes du monde ancien… clic clic boom !

Merci beaucoup Yéyé.

 Bonus !

Qui se cache derrière « Yéyé Magazine » ?

Tous jeunes  avec « une personnalité dont la culture, la passion et la sensibilité profitent à l’originalité du site et participent à la richesse humaine singulière de l’équipe ».

equipe yeye

Participatif !

OUI ! Le contenu n’est pas seulement l’affaire des rédacteurs. Vous aussi pouvez contribuer en vous rendant dans l’espace réservé : « De Vous à Nous ».

participatif yeye« Un shooting photo pour être modèle YÉYÉ et faire la une des prochaines publications ? Un sujet, un article ou une photo que vous souhaitez voir publié? Un témoignage ou une anecdote que vous désirez partager… ? Ou simplement un avis, un commentaire, une suggestion concernant le site? » Un espace vous est entièrement dédié.

Réagir

Réactions