TechMousso Awards. Soirée grandeur nature pour récompenser les innovations dans les données sur le genre

Les premières notes de musique distillées par le groupe de musiciennes Ozuah Mam’s laissent présager une soirée riche en couleurs, en sonorités et en émotions. Sur l’horloge : 19 heures 05.
Dans la salle du gala, autour des tables savamment dressées, sont assis les invités. D’ici et d’ailleurs. On peut apercevoir la représentante d’Euphrasie Yao, ministre de la promotion de la famille, de la femme et de la protection de l’enfant. Elizabeth L. Zeitler, vice-présidente de la Politique et de l’Evaluation du Millennium Challenge Corporation (MCC, Agence Américaine d’aide étrangère). Mais aussi, des représentants de l’« initiative Data2x » de la Fondation des Nations Unies et de la Fondation World Wide Web, tous partenaires du concours.

Dans la salle également, des journalistes, des familles et amis venus soutenir les candidats du concours TechMousso. L’aventure, qui s’achève ce jeudi 7 juillet 2016 à l’hôtel Radisson Blu d’Abidjan, a débuté quelques mois plutôt. En avril. Objectifs : (entre autres) « Identifier et comprendre les manquements en données sur le genre en Côte d’Ivoire » et « donner des outils de travail et améliorer l’efficacité des organisations qui œuvrent pour le bien-être des femmes et des filles ».

Appels à candidature, sélections et pitches intenses… Trois mois après son lancement, la 1ère édition de TechMousso a marqué un point final. 80 équipes au départ, 20 équipes à l’arrivée qui, lors d’une présentation finale, ont (dé)montré devant un jury, leurs solutions pour contribuer à combler le vide en matière de données sur le genre, mais aussi pour « collecter des données sur les activités et actions menées par les groupements et organisations de femmes ».

And the Winners are…

Sur les 20 équipes en lice ce soir, 10 seront finalement récompensées. L’équipe Mafubo remporte la première place avec le projet qui porte le même nom. La cagnotte ? 10 000 dollars (US). L’initiative devra favoriser la « vulgarisation des Tic en salle d’accouchement, la consultation prénatale et post natale en vue de la réduction des décès maternels ».

L’équipe MCM avec son projet « Pass Santé Mousso » arrive en deuxième position et se voit remettre la somme de 5000 dollars. L’équipe propose « un bijou connecté grâce à la technologie QR code ». Ce support permet à son propriétaire de stocker ses informations médicales. Une sorte de dossier médical numérique « que l’on possède en tout temps sur soi ». À l’aide d’un scanner de code QR déjà installé sur son téléphone, l’urgentiste ou le médecin pourra accéder plus rapidement au dossier médical numérique du malade et prodiguer les premiers soins sans prendre de risque.

Classée troisième, l’équipe Larit/labtic avec son projet « DBLAMOU ». Au compteur : une somme de 3000 dollars. Les initiateurs devront exécuter leur projet qui vise à prévenir et lutter contre les violences basées sur le genre (VGB) en Côte d’Ivoire. C’est une application qui permet de « faire des statistiques sur les différents types de violence par région/ville pour une sensibilisation ciblée de la population ».
Les sept autres équipes sont reparties avec 1000 dollars chacune.

Réagir

Réactions