Ouaga : Pélérinage sur le circuit de la révolution [Diaporama Sonore]

28,29,30 et 31 octobre 2014. Pour la première fois dans l’histoire les populations se soulèvent dans de telles proportions pour dénoncer une loi que les députés s’apprètent à adopter. Elle vise à modifier l’article 37 de la constitution afin de permettre à Blaise Compaoré, alors président de la République, de se représenter à la magistrature suprême. Après 27 ans au pouvoir.

Jeunes et vieux, femmes et enfants, partis d’opposition, société civile ; tous parlent d’une même voix pour empêcher le vote de la loi. 28 octobre, un mot d’ordre est lancé depuis la « Place de la révolution ». En plein cœur de la capitale burkinabè.

« Cette place a été baptisé ainsi en 1983 avec le Capitaine Thomas Sankara, puis rebaptisée Place de la nation par Blaise Compaoré à la mort de son ami Sankara (en 1987). Mais depuis l’insurection d’octobre 2014, elle s’appelle à nouveau Place de la Révolution » précise Jonas Bazié. Ce jeune journaliste travaille dans une radio de la capitale. Comme des centaines de milliers de Ouagalais il est resté dans les rues. Témoin et acteur d’une révolte contre ce qu’il qualifie « d’entêtement » de la part de Blaise Compaoré.

2 mois plus tard, nous retournons sur « La Place de la Révolution » en compagnie du journaliste. Sur les lieux, rien ne laisse transparaître qu’il y a eu des manifestations. De la peinture fraichement appliquée fait scintiller l’endroit mytique. « Il y a eu récemment la cérémonie d’hommage aux martyrs avant de les conduires aux cimétières » rappelle Jonas. Sur sa petite moto, et à travers les rues ouagalaises, nous reprenons le circuit tracé par certains manifestants. Témoignage en sons et en images.






Réagir

Réactions