Législatives 2016 à Cocody : la liste de Yasmina Ouégnin veut défendre les journalistes*

Le ciel est encore sombre. L’air est frais. La pluie vient à peine de s’estomper. Mais, sur la terre battue de l’espace « Sococé » aux 2 Plateaux, l’ambiance est chaleureuse ce mercredi 14 décembre 2016. Plusieurs centaines de personnes sont rassemblées pour attendre et entendre leur candidate : Yasmina Ouégnin. Député sortante et tête de liste de « Ensemble pour Cocody » (EPC).

yasmina-campagne-1

Ils sont venus des différents quartiers de la commune présidentielle. Certains dans des bus affrétés, d’autres dans des taxis communaux, d’autres encore, à bord de leur propre véhicule décoré à l’effigie des membres de la liste « EPC ». Pour accéder au « terrain » en terre rouge, plusieurs niveaux de sécurité à franchir. Des volontaires portent des brassards verts autour du biceps. À leurs côtés, des body-guards dont la corpulence découragerait les personnes aux mauvaises intentions. Un peu plus à l’écart, un détachement d’éléments du commissariat du 12e arrondissement et une ambulance du SAMU veillent.

Ce rassemblement est le deuxième meeting de la candidate indépendante. « L’avant-dernier avant la clôture », précise un des organisateurs. La rencontre est prévue pour débuter à 16 heures. Elle commence quelques minutes avant. De la musique, des danses… L’ambiance est surchauffée alors que quelques chaises portent encore l’humidité de la pluie. Peu importe, les participants ont plus envie de danser en exhibant fièrement les affiches de leur candidate. Deux fanfares, trois groupes d’animation. De quoi entretenir l’ambiance toute une journée.

L’attente ne va pas au-delà 45 minutes. Des klaxons se font entendre. Un véhicule 4X4, puis un autre, avant de voir apparaître un double-cabine à l’arrière duquel se tiennent les 4 membres de la liste « EPC ». On reconnaît facilement Yasmina Ouégnin. Sourire permanent, les mains en l’air. Elle semble impatiente de mettre les pieds à terre. C’est au pas de course qu’elle sillonne les différents chapiteaux dressés pour la circonstance.

Que propose la liste « EPC » ?

yasmina-campagne-2C’est Philibert Koudougnon qui indique les « objectifs » visée par cette équipe. Il est le suppléant et colistier de Yasmina. « Il faut être à l’assemblée nationale pour surveiller le budget de l’Etat ». « Dans le secteur de l’éducation, le budget national qui est à 20% actuellement, doit être revu à la hausse. À 30% », souhaite-t-il. « Il faut combler le déficit du personnel soignant. 8000 infirmiers et 10 000 médecins, c’est insuffisant », dénonce cet ancien chef du service technique de la mairie de Cocody. Il promet de « faire des propositions pour le budget de l’éducation et la santé (…), créer de nouveaux emploi et améliorer les conditions de vie ».

Des secteurs comme la décentralisation ou même la presse sont aussi dans le viseur de « Yas » et de ses compagnons. « Au niveau de l’audiovisuel, nous allons nous battre pour une pluralité de la presse », annonce la Liste. Cela en « réduisant la caution » d’installation à un coût « abordable ». Pour Philibert Koudougnon, plus de chaînes de télé signifie «plusieurs nouveaux emplois».

« Il faut une loi qui autorise les radios de proximité à produire des contenus sur la politique. La politique ne doit pas être un tabou », indique-t-il. Enfin, au niveau de la presse écrite, la liste «EPC » dit vouloir militer en faveur de la « défiscalisation des intrants dans la fabrication du journal papier ». Objectif : « baisser le coût des journaux de 300 à 100 francs CFA ».

Yasmina : Rebellion « assumée » !

yas-2« J’assume, j’assume, j’assume », ne cesse de répéter la députée-sortante de Cocody, alors qu’elle prononce le dernier discours de la soirée. « Ai-je bien fait pour ma localité, ce que je dois ? », interroge-t-elle, paraphrasant une pensée du premier président ivoirien et dressant le bilan de ces cinq années passées dans l’hémicycle d’Abidjan. « Je viens vous demander l’autorisation de continuer le chantier de la démocratie entamé il y a cinq ans », lance-t-elle d’une voix feutrée accusant « d’autres voix » de vouloir lui barrer la route. « On considère que je marche à contre-courant des intérêts partisans et claniques », dénonce Yasmina. « J’assume… », crie-t-elle avec émotion, avant d’ajouter : « L’avenir de la nation ne se marchande pas ».

*Après ma demande d’agenda des candidats en lice à Cocody, un seul camp a bien voulu me communiquer son activité de ce mercredi 14 décembre 2016.

Réagir

Réactions