Félix Baumgartner : les leçons d’un exploit réussi

Voler plus haut qu’un avion et se lancer plus vite que le son. Faut l’faire ! L’Australien Félix Baumgartner  a réussit un exploit qui dépasse l’entendement humain. Jusqu’alors, personne n’était allé aussi loin dans le ciel, ni aussi vite que la vitesse de son. De cet exploit j’en tire 2 leçons essentielles.

La première est que rien n’arrive au hasard. «Seul le travaille paie » chantent certains. Et c’est vrai. L’exploit de ce dimanche 14 octobre a demandé 5 ans de préparation morale, physique, psychologique et technique. Ajouter à cela des essais qui lui ont donné de se mettre en condition et d’appréhender les dangers et les difficultés qui auraient pu subvenir.

« Dans le cadre de sa préparation, Felix Baumgartner avait déjà effectué avec succès deux sauts à haute altitude, à 21.800 mètres et 29.600 mètres. La mission Red Bull Stratos, forte d’une équipe de 100 personnes, espérait également, avec ce saut, contribuer à la recherche médicale en matière aéronautique, pour les astronautes et les éventuels futurs touristes de l’espace. »

Comme quoi, qui veut aller haut (et vite) ménage son équipement. Et la-dessus, Red Bull y a mis tous les moyens.

La deuxième leçon est que : « qui ne risque rien, n’a rien ». C’est à nos résolutions que dépend notre succès.

Ce saut depuis l’espace était un double risque. D’abord pour l’entreprise de boisson énergétique qui a déployé une armada de moyens de communication jusqu’à retransmettre en direct ce saut périlleux. Je n’ose même pas imaginer le bad’Buzz qu’un échec en direct aurait provoqué. Finalement, ils ont osé. Il fallait bien justifier que « Red’Bull, ça donne des ailes ! ». Pari réussi donc pour Red’Bull.

Ensuite, Pour Félix lui-même. Entrer dans l’histoire demande du courage, de la détermination et de la passion. Et l’Autrichien l’a démontré. Et ce, en dépit de tous les risques qui se présentaient devant lui. Il ne s’est pas détourné de son objectif final. Il avait en lui cette foi-là. Cette foi grâce à laquelle, il est allé au-delà de ce que jusque là, on pouvait imaginer.






Réagir

Réactions