Abidjan : Des acteurs du numérique rencontrent le Secrétaire Exécutif du Nepad

J’ai eu l’honneur d’être invité, avec d’autres acteurs du numérique en Côte d’Ivoire, par le Dr Ibrahim Assane Mayaki. Il est le Secrétaire Exécutif du Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (Nepad). Une rencontre presqu’informelle qui s’est tenue ce jeudi 24 novembre 2016 dans les locaux de la BAD à Abidjan. Objectif : « Rencontrer des communautés africaines, les écouter ».

Une rencontre sans protocole donc. En deux phases. Dans la première, Dr Mayaki a présenté ce qu’est le Nepad et ce que devient cette « Agence de développement chapeautée par l’Union africaine ». « Nous intervenons sur le terrain pour faire de l’implémentation. Nous sommes une une agence d’exécution », a fièrement présenté le patron de cette institution panafricaine.

Dans la deuxième partie, les différents acteurs présents ont présenté l’environnement du numérique en Côte d’Ivoire, en fonction de leurs axes d’actions. Journalistes, blogueurs, entrepreneurs, patron d’institution publique…

yoroba_nepad_photo_familleJ’ai été particulièrement attentif au programme « Emploi jeunes et formation » du Nepad. D’autant plus que notre hôte a pour vision que « la formation professionnelle soit liée à la demande du moment ».

J’ai souhaité que, dans son programme de « Centre de formation professionnelle », soit prise en compte la question des métiers de l’information. Un marché « éternel ». Si, hier, la menuiserie, la maçonnerie, la plomberie, etc. faisaient partie des programmes de formations pratiques, il faut envisager aujourd’hui d’intégrer les métiers des médias et du digital dans ces centres de formations.

J’ai indiqué qu’un jour la terre ne produira plus, le ciel ne donnera plus de pluie, mais les hommes continueront d’avoir cette soif de communiquer. Et l’information restera cette matière première intarissable. La demande est forte pour des professionnels de l’information. Il faut proposer une offre de formation de ces « pro des médias »

Crédit photo : Nicolas Teisserenc, 35°N

Réagir

Réactions