A l’ère de la digitalisation des administrations africaines

« L’administration africaine à l’heure du numérique ». Le sujet était au cœur de la 7ème édition du Forum Africain sur les technologies de l’Information et de la Télécommunication (AITTF 2017). Au Radisson Blu d’Abidjan, ce mardi 11 avril 2017, le Dr Ibrahima Lopko, a estimé que des efforts ont été faits en ce qui concerne la digitalisation des services de l’Etat. Pour le directeur général de la modernisation de la fonction publique et de l’administration, « il faut mettre l’usager au centre de la démarche administrative ».

Question : A ce jour, quel est le dispositif mis en place pour prendre en compte le point de vue ou les aspirations des usagers (citoyens et le personnel de l’administration) ? Quand des ministres préfèrent encore utiliser des adresses mail « ordinaires » (comme, yahoo, gmail…). Certaines démarches administratives utilisent encore des process « archaïques » (au regard de la technologie actuelle).

Comment l’Etat met-il l’usager au centre ? Quelles infrastructures et quelles structures pour accompagner les besoins de l’usager par des services ?

Pour Isaac Gnamba, l’une des clés reste la poste. « Il faut faire des 197 points de postes (hors les 60 à réhabiliter en zone ex CNO) des guichets uniques de services administratifs », plaide l’actuel directeur général de la poste.

Il faut en plus « faire des scenarii pour prendre en compte les aspirations des populations », propose Habib Bamba du Cabinet Deloit en ajoutant : « Il faut passer d’une bureaucratie à une expérience client ».

Pour Lacina Koné, Conseiller spécial du Premier ministre chargé de l’économie numérique et la réforme administrative, l’un des blocages reste « le budget ». « Les Etats africains doivent sortir la tête de l’eau et trouver des moyens innovants pour cette numérisation de l’administration », conseille-t-il avant de souligner « tout de même » que des avancées notables « et palpables » ont été faites. « C’est un processus. Lorsque nous arriverons au système de numéro d’identification unique, ça sera beaucoup plus facile. Vous n’aurez qu’à vous présenter dans n’importe quel point dédié avec numéro pour vous authentifier et vous faire établir une pièce d’identité », rassure-t-il.

Un engagement commun à une échelle africaine

 Tous les participants à ce forum AITTF 2017 sont unanimes. Les États, les Gouvernements et les Institutions de régulation de service universel et transformation numérique de l’Afrique, doivent « s’unir pour relever l’ensemble des défis du secteur, et ce, afin de faciliter la mise en place d’instruments et de moyens pour une meilleure intégration régionale ». C’est ce qui ressort du document qui a sanctionné ce forum. Cette déclaration intitulée ‘’l’Appel d’Abidjan’’ vise à « favoriser une harmonisation des approches de résolution des défis opérationnels de la mise en œuvre des plans numériques nationaux en vue d’encourager la mutualisation des ressources et des outils ». (Télécharger tout le texte)

Dans l’actu’

Le gouvernement ivoirien a lancé ce mercredi 12 avril 2017 le E-impôts. Un portail de déclaration et de paiement des impôts et taxes en ligne en vue de ‘’simplifier’’ la vie aux contribuables (…)

La déclaration et le paiement des impôts en ligne sont partis de l’ambition du Gouvernement de moderniser et de simplifier le système déclaratif en Côte d’Ivoire, a rappelé le ministre du budget et du portefeuille de l’Etat, Abdourahmane Cissé. Selon lui, « il y’a seulement quelques mois, le contribuable-client était obligé d’effectuer de nombreuses procédures pour déclarer et payer ses impôts ». « Désormais, le portail e-impôt constitue une alternative qui met progressivement fin à cette situation ». Lire plus sur le E-Impot.

Quelques chiffres entendus au Forum Africain sur les technologies de l’Information et de la Télécommunication

  • 281 millions d’internautes en Afrique.
  • Il y a 10 500 000 abonnés internet en Côte d’Ivoire (chiffre grossit par les connexions via les smartphones)
  • A l’horizon 2021, le marché mondial comptera 9 milliards d’abonnement dont 6,3 milliards provenant des smartphones.

Réagir

Réactions